OSTEOPATHE
Versailles - 78000

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et ostéopathie

23 Sep 2022 Marie Messager - Ostéopathe Versailles 78000 Yvelines Gynéco - Pédiatrie - Femme Enceinte - Bébé

Le saviez-vous ?

1 femme sur 10 souffre du syndrome des ovaires polykystiques

C'est la 1ère cause d'infertilité féminine

Qu'est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques ?

Le nom de syndrome des ovaires polykystiques est en réalité un nom erroné. Lorsque la maladie a été décrite pour la première fois dans les années 1930, les chercheurs pensaient que les patientes présentaient des kystes dans les ovaires. En réalité il ne s'agit pas de kystes mais d'un grand / trop grand nombre de follicules dont le développement n'aboutit pas. On devrait donc plutôt appelé cette pathologie : le syndrome des ovaires multi folliculaires.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est causé par un trouble hormonal qui peut être d'origine centrale (au niveau du cerveau comme par exemple au niveau de l'hypothalamus ou hypophyse) ou local avec une origine ovarienne.

Dans cette pathologie, on retrouve un taux d'hormones androgènes et plus particulièrement de testostérone élevé.

Les symptômes du SOPK

Les symptômes varient beaucoup d'une femme à l'autre et même d'une période de la vie à l'autre.

Cependant, on retrouve comme symptômes communs la liste suivante :

  • Trouble de l'ovulation : La femme présente des cycles irréguliers souvent longs (35 à 40 jours contre 28 en moyenne) et pouvant aller jusqu'à l'absence de règles (on parle d'aménorrhée). Il en résulte une absence ou des ovulations plus rares ce qui est à l'origine de l'infertilité. 
  • Infertilité : environ 50% des femmes souffrant du SOPK présentent une infertilité
  • Trouble d'hyperandrogénie : le taux de testostérone élevé provoque:
    • Une hyperpilosité : 70% des femmes souffrant du SOPK sont touchées
    • Acné
    • Chute / perte des cheveux : on parle d'alopécie
    • Adipocité : augmentation de la graisse et donc de l'indice de masse corporelle
  • Autres pathologies associées :l'hyperandrogénie prédispose à certaines pathologies:
    • Diabète
    • Insulinorésistance
    • Hypertension artérielle
    • Pathologies cardiovasculaires

 

Examens complémentaires à faire en cas de suspicion du syndrome des ovaires polykystiques

Echographie pelvienne

L'échographie pelvienne permet de mettre en évidence un nombre élévé de petits follicules : au moins 20 contre 5 à 10 par ovaire en temps normal avec une taille < 9mm de diamètre et/ou un volume de l'ovaire important (supérieur à 10 ml).

Bilan biologique (prise de sang)

Entre le 2ème et 5ème jour du cycle, un prise de sang est effectuée :

  • Dosage FSH
  • Dosage LH
  • TSH
  • Prolactine
  • Testostérone
  • Glycémie
  • Insulinémie
  • Delta 4 androsténedione
  • SDHA
  • 17 hydroxy progestérone
  • 17 bêta-œstradiol

Remarque : Si la patiente n'a pas de règles, on administre à la patiente un traitement à base de progestérone pendant 10 jours .

Les anomalies biologiques retrouvées dans le syndrome des ovaires polykystisques sont :

  • Taux élevées des androgènes
  • Inversion du rapport FSH / LH : Chez la majorité des femmes souffrant du SOPK, on retrouve un taux de base de LH trop élevé par rapport à la normale. De plus, il n'augmente pas au milieu de cycle. c'est son augmentation, son pic qui permettrait de déclencher l'ovulation...
  • Tendance à l'hyperinsulinémie
  • Tendance au diabète

Causes du SOPK

Le déséquilibre hormonal est la cause mais la cause de ce déséquilibre est souvent inconnue... Certaines cause sont été mises en évidence :

  • Génétiques : certains gênes ont été identifiées comme prédisposant à ce syndrome. Les antécédents familiaux augmente le risque de 30% pour la descendance.
  • Perturbateurs endocriniens 

Traitement du syndrome des ovaires polykystiques

Il n'y a pas réellement de traitement au SOPK. Le traitement consiste à traiter les symptômes comme par exemple des médicaments contre l'hirsutisme (pilosité trop abondante) ou des traitements hormonaux pour l'infertilité.

Cependant, il est conseillé de:

  • Avoir une bonne hygiène de vie
  • Protocole cétogène : éliminer ou du moins diminuer drastiquement le sucre de son alimentation
  • Avoir un accompagnement psychologique
  • Eviter le surpoids qui augmente significativement les signes d'androgénie

L'ostéopathie et le SOPK

L'ostéopathie ne traite pas directement le syndrome des ovaires polykystiques, on aimerait beaucoup !

Mais au même titre que les médicaments, l'ostéopathie aide à soulager les symptômes en travaillant sur la zone pour libérer les tensions mais aussi à distance. En prenant le corps en charge dans sa globalité, et en accompagnant la patiente (explications d cela pathologie, de la prise en charge, etc), l'ostéopathie fait ses preuves auprès des patientes atteintes du SOPK.

N'hésitez pas à questionner votre ostéopathe et à consulter un ostéopathe ayant suivi des formations de spécialisations en gynécologie.

Entrez votre texte ici


Marie Messager
Ostéopathe D.O
2 rue Alexis de Tocqueville
78000 Versailles

Marie messager ostéopathe versailles

Articles similaires

Derniers articles

Otites et ostéopathie

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et ostéopathie

Le ou plutôt les syndromes d’Ehlers Danlos et l'ostéopathie

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion