OSTEOPATHE
Versailles - 78000

Freinotomie : Entre science et mode, choisissez l'équilibre professionnel


La freinotomie, cette intervention chirurgicale visant à couper le frein de la langue, s'est inscrite dans une tendance croissante, oscillant entre nécessité médicale et phénomène de mode. Alors que certains milieux la présentent comme une solution miracle à divers problèmes, d'autres s'interrogent sur sa banalisation. Cet article explore la complexité de cette pratique, en soulignant l'importance d'une approche équilibrée, basée sur des preuves scientifiques.

Qu'est-ce que la freinotomie ?

La freinotomie est une procédure qui consiste à sectionner le frein de la langue, un petit tissu qui relie le dessous de la langue au plancher de la bouche. Elle est généralement envisagée lorsque le frein est trop court, une condition connue sous le nom d'anquiloglossie, qui peut limiter la mobilité de la langue et causer des problèmes de parole, de mastication, ou encore d'allaitement chez les nourrissons.

Parfois, la freinotomie s'impose

Dans certains cas, la freinotomie est indéniablement nécessaire. Les preuves scientifiques montrent qu'une ankyloglossie sévère peut entraver l'allaitement maternel, conduisant à des douleurs pour la mère et à une prise de poids insuffisante chez le nourrisson. De plus, des difficultés de parole et de mastication, des troubles de l’oralité peuvent apparaître, affectant la qualité de vie de l'individu. Dans ces situations, après une évaluation approfondie par des professionnels de la santé, la freinotomie peut offrir une solution efficace, améliorant significativement les fonctions orales. Pour affirmer qu’une freinotomie est à envisager, il convient d’effectuer un examen clinique rigoureux notamment du palais, de la mobilité de la langue, des cervicales, etc .

La freinotomie : une mode avec ses excès

Cependant, un phénomène récent soulève des inquiétudes : la multiplication des freinotomies réalisées sans indications médicales précises, poussée par une tendance à la mode. Des parents et parfois des professionnels de santé optent pour cette intervention dans l'espoir de prévenir d'éventuels problèmes futurs, sans preuves concrètes de son efficacité dans de tels cas. 

Cette approche, souvent influencée par des témoignages anecdotiques ou des modes passagères, risque de soumettre des enfants à des procédures inutiles, voire préjudiciables.

Des symptômes isolés chez la mère comme chez le bébé (comme le hoquet ou les reflux) ne signent pas forcément une ankyloglossie. Il y a d’autres pistes à investiguer car une mauvaise mobilité linguale et un trouble de la succion n’a pas que le frein de langue comme cause. 

L'importance de l'évaluation professionnelle

Il est crucial de comprendre que la décision d'effectuer une freinotomie ne doit pas reposer sur une inspection visuelle de la langue seule. Les apparences peuvent être trompeuses, et un frein de langue apparemment court n'entrave pas nécessairement la fonction. 

L’observation d’un frein, d’une membrane sous la langue n’indique pas forcément la nécessité d’une freinotomie et ceux même s’il s’insère sur le bout de la langue, il convient de tester la mobilité linguale et les structures adjacentes pour évaluer la fonction.

Des évaluations fonctionnelles, menées par des spécialistes tels que des ostéopathes formés orthophonistes formés, des pédiatres formés, et des consultants en lactation, formés sont essentielles pour déterminer si la procédure est justifiée. Ces professionnels utilisent des critères d'évaluation précis et fondés sur des données probantes pour évaluer l'impact réel du frein de langue sur les fonctions orales.

Vers une approche équilibrée

L'approche à adopter face à la freinotomie devrait être caractérisée par la prudence et l'objectivité. Il ne s'agit ni de promouvoir aveuglément cette intervention pour tous les enfants présentant un frein de langue apparent, ni de la rejeter catégoriquement comme une pratique inutile. L'équilibre réside dans l'évaluation minutieuse de chaque cas, en se basant sur des preuves scientifiques et en tenant compte des bénéfices et des risques potentiels.

Il est primordial face à cette mode de ne pas tomber dans l’excès inverse comme nous le voyons actuellement notamment suite à l'article "La saga des freins buccaux restrictifs chez l'enfant allaité" de Gisèle Gremmo-Féger qui alerte face à la mode mais qui affirme aussi que certaines freinotomies sont nécessaires !

L'article "La saga des freins buccaux restrictifs chez l'enfant allaité" de Gisèle Gremmo-Féger souligne une augmentation significative des interventions de freinotomie sans preuves solides de leur nécessité dans tous les cas. Il met en avant la nécessité d'une évaluation rigoureuse et méthodique avant de procéder à une freinotomie, en se basant sur les connaissances scientifiques actuelles qui ne confirment pas toujours un lien direct entre les freins de langue courts et les difficultés d'allaitement. L'article critique la tendance à la surmédicalisation et à la chirurgie précipitée, tout en reconnaissant que, dans certains cas, la freinotomie peut être bénéfique lorsque correctement indiquée après une évaluation approfondie du couple mère-enfant et de la pratique de l'allaitement.

Conclusion : vers une pratique éclairée de la freinotomie

La freinotomie, une intervention délicate oscillant entre nécessité médicale et tendance sociétale, exige une approche réfléchie et fondée sur une connaissance approfondie. La montée en popularité de cette procédure met en lumière l'importance cruciale d'une évaluation professionnelle rigoureuse, loin des diagnostics superficiels et des décisions hâtives. Alors que certains cas justifient clairement une intervention pour améliorer la qualité de vie des patients, la tendance à généraliser cette pratique sans évaluation approfondie souligne le risque de surmédicalisation et d'interventions inutiles.

C'est dans le discernement et l'équilibre que réside la sagesse de la pratique médicale. La freinotomie, lorsqu'elle est correctement indiquée, peut représenter une solution précieuse pour les personnes réellement affectées par des restrictions de mobilité de la langue. Cependant, la nécessité de s'opposer à la fois à une adoption aveugle et à une réfutation catégorique de cette procédure est impérative. Se baser sur des évaluations fonctionnelles complètes et des preuves scientifiques solides permettra d'assurer que la décision d'effectuer une freinotomie soit prise dans le meilleur intérêt du patient, évitant ainsi les extrêmes de la mode et de l'opposition infondée.

Dans un monde où la connaissance évolue rapidement, il est essentiel de rester informé, critique et ouvert à l'évolution des pratiques basées sur de nouvelles preuves. L'avenir de la freinotomie, comme pour toute intervention médicale, repose sur un équilibre entre innovation, preuve et prudence. En favorisant une approche mesurée et individualisée, la communauté médicale peut continuer à offrir des soins de la plus haute qualité, respectueux des besoins spécifiques de chaque patient, tout en naviguant avec sagesse entre nécessité médicale et tendances sociétales.

 


Marie Messager
Ostéopathe D.O
2 rue Alexis de Tocqueville
78000 Versailles

Marie messager ostéopathe versailles

Articles similaires

Derniers articles

Freinotomie : Entre science et mode, choisissez l'équilibre professionnel

Tennis leg et ostéopathie

L'ostéopathie : Une méthode naturelle pour améliorer les troubles du sommeil

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion