OSTEOPATHE
Versailles - 78000

Qu'est-ce qu'une fracture ?

09 Fév 2022 Marie Messager - Ostéopathe Versailles 78000 Yvelines Les pathologies et l'ostéopathie

L’os est une structure extrêmement résistante avec une architecture très complexe. Pour vous donner un ordre d’idée, il faut une force de 1 000 kg par cm3 pour casser un os. Il est donc très résistant aux torsions, compressions, cisaillements, …

Comment repérer une fracture ?

Pour commencer, le patient ressent une douleur intense produite lors d’un impact, d’une compression, d’une traction, ou autre sur une zone précise. L’examen clinique permet d'orienter vers le diagnostic et la radiographie ou scanner (et même parfois l'échographie) vont confirmer le diagnostic.

Malheureusement, certaines fractures (comme celle du scaphoïde) ne sont pas visibles de suite à l’imagerie, c’est pourquoi certains patients doivent repasser une radio 10 jours après le choc.

Les fractures de fatigue ne sont en revanche pas forcément visibles à l’imagerie.

Certains examens complémentaires peuvent être prescrits comme une scintigraphie osseuse, cet examen permet d’évaluer l’état de l’os.

Comment évolue une fracture ?

Guérir d’une fracture, prend du temps et il faut savoir être patient.

L’os est une structure du corps qui est vascularisés, il y a donc plusieurs vaisseaux sanguins qui traversent l’os. Lors d’une fracture, les vaisseaux sont également touchés, ils se mettent à saigner et créer un hématome dans la zone de la fracture.

  • 1ère phase : L’hématome produit après la fracture va être accompagné d’une réaction inflammatoire de la zone. Cette phase dure 15 à 20 jours.
  • 2ème phase : Un cal fibreux vient se former et le périoste s’épaissit.
  • 3ème phase : Environ 20 jours après le choc, l'os compact recouvre le cal. 40 jours plus tard environ, l’apparition de travées osseuse va permettre la formation d’un cal osseux. Il faudra compter 8 à 10 mois pour que le canal médullaire et les ostéons se reconstruisent.

Comment traite-t-on une fracture ?

Les traitements sont variés et dépendent de la localisation et de la gravité de la fracture.

Immobilisation : Par exemple pour un orteil cassé où l’os n’est pas déplacé, un strass de contention est suffisant. Mais dans certains cas un plâtre ou une résine peuvent être indispensable.

Chirurgie : dans certains cas, la chirurgie peut être effectuée avec notamment pose de plaque ou broches, etc. Mais cela n'est pas automatique. 

L’ostéopathie et les fractures

Impossible de consulter un ostéopathe pour une fracture lors des trois premiers mois de celle-ci. N’oubliez pas, il ne faut en aucun cas toucher une fracture tant qu’elle n’est pas consolidée.  Cependant si des douleurs sont aperçus par compensation, votre ostéopathe pourra vous prendre en charge, il ne touchera toutefois pas la zone de la fracture.

A partir de trois mois, votre ostéopathe pourra vous recevoir en consultation post-traitement. Votre praticien vous examinera et traitera les éventuels dysfonctionnements dans la zone lésée.

Les séances d’ostéopathie ne se substituent pas aux séances de rééducation chez le kiné mais sont additionnelles et peuvent réduire le temps de convalescence et réduire les douleurs.

Les bons conseils pour éviter la fracture

  • Eviter les traumatismes quel qu’il soit
  • Pratiquer une activité physique. La traction des muscles sur l’os et les contraintes de l’activité physique va favoriser le renouvellement des cellules osseuses appelé aussi ostéogénèse.
  • Agir contre l’ostéoporose. L’ostéoporose est une pathologie qui réduit la densité osseuse, elle touche principalement les patients ayant suivi une corticothérapie, les personnes souffrant de certains troubles hormonaux, les personnes âgées, mais aussi les personnes ayant souffert de malnutrition. Il est essentiel pour les patient atteints de cette pathologie d’être suivi médicalement et de compenser en augmentant ses apports en calcium, vitamine D et s’exposer raisonnablement au soleil.

Marie Messager
Ostéopathe D.O
A Versailles - 78


Articles similaires

Derniers articles

Otites et ostéopathie

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et ostéopathie

Le ou plutôt les syndromes d’Ehlers Danlos et l'ostéopathie

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion