Divers
meilleur osteopathe versailles chantiers 78 yvelines

On me demande souvent quels sont les critères pour trouver un bon ostéopathe.

En effet, il existe beaucoup d’ostéopathe sur le marché et il n’est pas toujours évident de faire son choix. Voici ici quelques réflexions qui vous permettront de bien choisir votre ostéopathe et surtout d’éviter ceux qui décrédibilise la profession.

La formation d’un bon ostéopathe :

Jusqu’en 2014, il y avait plus d’écoles d’ostéopathie en France que dans le monde entier réunit. Je suis certaine que les français ont très vite compris l’importance de consulter un ostéopathe de temps en temps et que ceci explique la demande accrue de consultation en ostéopathie. Mais en réalité, c’est simplement que pour devenir ostéopathe il faut faire ses études dans une école privée qui coûte entre 7000 et 10 000 euros l’années. Ainsi, de nombreuses personnes ont sauté sur l’occasion et ont monté leur école d’ostéopathie avec des promotions de plus en plus grandes, et personne n’était là pour les en empêcher…

Et oui, il n’existe pas d’ordre pour les ostéopathes seulement un nombre très élevé de syndicats.

Et dans ces écoles, il y en avait qui diplômait leurs étudiants en 3 ans et d’autres en cinq ans. Tout ça est finit depuis 2014, l’état a sorti un décret pour réglementer les écoles d’ostéopathie et beaucoup ont perdu leur agrément. Le gros tri a été fait mais malheureusement les formations restent encore très disparates : certaines écoles sont reconnues RNCP1 (Répertoire National de la Certification Professionnelle au niveau 1) ce qui correspond au plus haut niveau dans le milieu et qui équivaut à un niveau master 2 (Bac +5). Après tout, vous me direz c’est normal il faut 5 ans d’études pour devenir ostéopathe ! Mais en réalité seules 9 écoles sur les 36 actuellement agréées possèdent ce qualificatif, les autres sont reconnues comme étant bac + 3 alors qu’elles font 5 ans d’études. Les études ne sont pas jugés suffisamment complètes… Sauf que les ostéopathes qui sortent de ces écoles ont le même statut que ceux qui sortent des écoles reconnues RNCP1 : ils sont tous ostéopathes inscrits à l’Agence Régionale de Santé et ont un numéro Adeli. Donc à moins de vous renseigner sur l’école qu’a suivi votre ostéopathe, ce n’est pas évident…

Avoir beaucoup de patients aide à devenir un bon ostéopathe :

L’autre problème est que beaucoup trop d’ostéopathes sont sortis d’écoles et que le marché est devenu saturé. D’après l’UFOF, le salaire moyen d’un ostéopathe diplômé depuis moins de 5 ans en 2017 était de 642 euros ! Outre l’aspect financier, le réel problème de cette situation est que ces ostéopathes ne pratiquent pas et ainsi même un bon ostéopathe qui sort d’une bonne école peut devenir mauvais à force de ne pas pratiquer. 

bon meilleur osteopathe versailles chantiers 78 yvelines marie messager

Je me rappelle un an après mon diplôme, je me suis retrouvée au gala de fin d’année de mon école, j’avais eu la chance durant cette année de beaucoup travailler notamment dans le cabinet Baronnet-Caillon à Blois. A cette soirée, autour d’une coupe de champagne, on m’a dit : « eh bien alors Marie, il paraît que ça tourne bien pour toi, combien as-tu de patients par semaine ? », je me souviens avoir répondu que j’avais eu beaucoup de chance d’avoir trouvé 2 jours après mon diplôme du travail et que je tournais entre 50 et 60 patients par semaine. A ce moment, un ami a recraché sa coupe et m’a informé que depuis qu’il avait été diplômé (soit depuis un an), il n’avait même pas eu 50 patients…. J’étais désolée pour lui car lorsque vous avez 50 patients par an ou 50 patients par semaine, la différence de niveau et de compétences est considérable et ce seulement en un an.

Ainsi, un jeune bon ostéopathe peut très vite perdre en niveau et paraître pour quelqu’un d’incompétent. Néanmoins, ne jugez pas un agenda qui semble vide, de nombreux patients prennent rendez-vous en last minute, du coup l’emploi du temps peut se remplir très rapidement.

Un bon ostéopathe se doit de continuer à se former :

Nous apprenons toute notre vie ! Ceci est une certitude dans tous les métiers mais particulièrement dans celui d’ostéopathe. Un ostéopathe devient bon à force de pratiquer sur des patients, il se forme ainsi tout au long de sa carrière. Pour gagner du temps et devenir un meilleur ostéopathe, il se doit de continuer à suivre des formations. En effet, apprendre de gens qui se sont spécialisés dans un domaine, qui ont développer des méthodes qui fonctionnent et qui ont fait les études nécessaires, vous fait gagner un temps incroyable et ce qui vous aurait pris des années pour arriver à leurs conclusions ne vous prend que quelques week-end de séminaires. Il est donc indispensable pour être un bon ostéopathe de se former en continu. 

Le seul problème c’est que pour des jeunes ostéopathes qui ne gagnent que 642 euros par mois, payer des formations restent très compliqué et ce malgré l’aide financière du FIFPL (Fond d’Investissement à la Formation des Professions Libérales).

La pratique d’un bon ostéopathe :

Nombreuses sont les discussions à ce sujet : « mon ostéo lui ne fait pas craquer », « mon ostéo m’a à peine touché », etc

Bien que « on ne mesure pas l’efficacité d’une technique à son nombre de décibels », je pense qu’un bon ostéopathe se doit de maîtriser les différentes techniques et approches ostéopathiques. Un ostéopathe est un peu comme un artisan du corps humain et tout artisan a besoin d’une caisse à outils pour travailler. Enlever certaines techniques, c’est se priver de nombreux outils.

Je pense donc qu’un bon ostéopathe doit pratiquer sur un patient avec des techniques structurelles, myotensives, de fasciae, viscérales, crâniennes, fonctionnelles, etc. Le praticien utilisera ces différentes approches en fonction des contre-indications, de ce qui lui semble le plus adapté pour le patient à l’instant t.

Les modalités d’une consultation avec un bon ostéopathe :

Durée de consultation avec un bon ostéopathe :

bon meilleur osteopathe versailles chantiers 78 yvelines

Une consultation en ostéopathie dure en moyenne 30 à 45 minutes afin de permettre à votre ostéopathe de faire un interrogatoire complet, des tests précis et un traitement adapté. En dessous de cette durée, il est compliqué pour un praticien d’effectuer une consultation de qualité.

Cependant, un temps trop long de consultation et plus précisément de manipulation n’est pas idéal non plus car il est important de ne pas trop en faire pour éviter que le patient ne « décompense » et mette une semaine à se remettre de la consultation. Un bon ostéopathe doit choisir les zones à traiter avec des techniques précises et adaptées et ne pas traiter à l’aveugle tout ce qui pose problème dans le corps et ainsi laisser au corps sa capacité à s’auto-réguler ; c’est l’homéostasie !  Still, fondateur de l’ostéopathie, disait « the less is more » qui pourrait se traduire par « moins on en fait, mieux c’est ».

La tenue vestimentaire en ostéopathie :

Je pense qu’il est préférable que le patient soit en sous-vêtements (ou short souple) car ceci facilite grandement les manipulations mais surtout parce que cela nous permette d’observer les problèmes cutanés et orienter en fonction. Actuellement, les médecins sont débordés et ne prennent plus ou rarement le temps de déshabiller leurs patients. Un bon ostéopathe a alors un rôle de réorientation en cas d’aspect suspect d’un grain de beauté, de varices, de rougeurs, etc. Même si la palpation d’un ostéopathe est très fine, il est dommage de se priver d’un outil visuel tel que celui-là. Plusieurs ostéopathes ne font pas déshabiller leur patients souvent pour gagner du temps, je trouve cela vraiment moins pratique mais ne critique en aucun cas la qualité de leurs techniques.

Marie Messager
Ostéopathe à Versailles Chantiers
78 - Yvelines


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion