OSTEOPATHE
Versailles - 78000

L'entorse du genou et l'ostéopathie

Les pathologies et l'ostéopathie
entorse du genou et ostéopathie

Qu'est ce qu'une entorse du genou ?

L'entorse du genou correspond à une atteinte d'un ou plusieurs ligaments du genou. Le ligament ou les ligaments peuvent être étirés au delà de leur barrière physiologique ou rompus. L'entorse peut survenir à cause d'un traumatisme direct comme un choc ou indirect comme une torsion du genou.

L'anatomie des ligaments du genou

Les ligaments du genou ont pour rôle de stabiliser l'articulation du genou. Les principaux ligaments sont au nombre de 4 :

Ligament collatéral tibial

Origine : Il s'insère sur la partie postéro-inférieure de l'épicondyle fémoral médial.

Trajet : Il se dirige en bas, en avant et légèrement en dehors.

Terminaison : Il se termine en arrière de la patte d'oie, sur le 1/4 supérieur de la face médiale du tibia.

Ligament collatéral fibulaire

Origine : Il s'insère sur la partie postéro-inférieure de l'épicondyle fémoral latéral.

Trajet : Il se dirige en bas, en arrière et légèrement en dedans.

Terminaison : Il se termine sur le partie posters latérale de la tête de la fibula.
 

Ligament croisé antérieur (LCA)

Origine : Il s'insère dans l'aire intercondylaire antérieure du tibia, contre le ménisque médial.

Trajet : Il se dirige en haut, en arrière et en dehors.

Terminaison : Il se termine sur la partie postéro-supérieure de la face médicale du condyle latéral du fémur.

Remarques : Ce ligament fait 4 cm de long environ et 8mm de diamètre. Il est extra-articulaire et est très mal vascularisé. Il est torsadé en 2 parties :

  • Antéro-médiale
  • Posturo-latérale

Il a une résistance de 160 kg et une élasticité de 20%.

Ligament croisé postérieur (LCP)

Origine : Il s'insère dans l'aire intercondylaire postérieure du tibia.

Trajet : Il se dirige en haut, en avant et en dedans.

Terminaison : Il se termine sur la partie antéro-supérieure de la face latérale du condyle médial du fémur.

Remarques : Ce ligament fait 3 cm de long environ et un diamètre de 14 mm. A la différence du LCA, il est bien vascularisé. Il est torsadé en 2 parties :

  • Antéro-médiale
  • Posturo-latérale

Il est également plus résistant que le LCA.
 

Les mécanismes lésionnels de l'entorse de genou

La lésion du ligament croisé postérieur est plus rare que celle du ligament croisé antérieur. L'atteinte du LCP survient principalement lors d'un choc violent.

Flexion de genou, valgus, rotation externe

Mécanisme courant chez le skieur ! Au delà de sa barrière physiologique, ce mouvement provoque souvent une rupture du ligament croisé antérieur et parfois aussi du postérieur.

Extension du genou, rotation interne

Ce mécanisme lésionnel classique est retrouvé souvent à la réception d'un saut lorsque le pied est bloqué au sol en rotation interne et que le corps pivote dans l'autre sens. On le retrouve beaucoup dans le foot, volley, basket, handball, etc. Ceci provoque en général une rupture isolée du ligament antérieur.

L'hyperextension du genou

Une hyperextension du genou forcée peut atteindre les deux ligaments croisés mais aussi les points d'angles postéro-interne et externe. Ce mécanisme survient souvent lors d'une collision ou d'une frappe contrée.

L'hyperflexion du genou

L'hyperflexion du genou peut entraîner une rupture isolée du ligament croisé antérieur mais aussi une atteinte des ménisques par écrasement / cisaillement.

Le varus du genou et extension

Ce mécanisme lésionnel est rare mais il peut porter atteinte à tout le compartiment externe et provoquer une rupture du ligament collatéral tibial, ligament croisé postérieur, point d'angle poster-externe et tendon poplité.

Les stades de l'entorse du genou

Les stades de l'entorse des ligaments collatéraux

L'atteinte des ligaments collatéraux est classée par degré de gravité, en fonction de l'importance de la laxité pathologique :

  • Degré 1 : on retrouve une ouverture du compartiment atteint inférieure à 5mm
  • Degré 2 : ouverture entre 5 et 10 mm
  • Degré 3 : ouverture > 10 mm

Les symptômes de l'entorse de genou

  • Douleur
  • Instabilité 
  • Blocage 
  • Epanchement
  • Craquement : la sensation de craquement lors du traumatisme signe souvent une atteinte du ligament croisé antérieur. 

Les examens du genou

L'examen clinique du genou

Le diagnostic de l'entorse de genou est avant tout clinique !
Cet examen doit être :

  • Complet : l'examinateur devra tester les ligaments mais aussi les autres structures comme les ménisques, les muscles, les os, etc.
  • Comparatif : le praticien doit tester les deux genoux
  • Répété quelques jours après la phase aigüe.
     

Les tests orthopédiques effectués par votre praticien vont permettre de mettre en évidence une laxité dans les cas d'atteinte des ligaments :

  • Laxité antérieure : atteinte possible du LCA
  • Laxité postérieure : atteinte possible du LCP
  • Laxité latérale : atteinte possible d'un ou des ligaments collatéraux
     

Les tests spécifiques au testing des ligaments du genoux principaux sont :

  • Test de Dejour
  • Test de Lachman
  • Test de Hughston
  • Test des tiroirs
  • Tests de laxité des compartiments médial et latéral (gapping)

Les examens complémentaires du genou

Radio genou entorse

Les examens complémentaires commencent traditionnellement par une radiographie du genou dans le but d'éliminer des lésions associées comme des fractures ostéochondrales. Mais la radiographie ne met pas en évidence les ligaments.

L'échographie permet aussi de visualiser les ligaments du genou mais pour les ligaments croisés, c'est assez complexe.

L'IRM est l'examen de choix pour mettre en évidence une atteinte des ligaments notamment des croisés. Il ne doit jamais être prescrit en première intention !

Traitement de l'entorse du genou

L'ostéopathie et l'entorse du genou

L'ostéopathie à court terme ?

strapping entorse genou osteopathe

A court terme, c'est-à-dire en phase aigüe, l'ostéopathie à proprement parlé est déconseillée. Cependant, consulter rapidement un ostéopathe formé à la prise en charge du sportif peut s'avérer très utile et permet d'optimiser la récupération.

Votre ostéopathe pourra vous poser du kinésio-taping ou du strapping afin de soulager le patient, stabiliser le genou et ainsi éviter une récidive. En effet, lorsqu'une entorse se produit, le risque d'en faire une autre dans les jours qui suivent est beaucoup plus élevée.

L'ostéopathie à plus long terme ?

entorse genou osteo versailles chantiers

Une entorse du genou va provoquer des compensations sur le reste du corps. En effet, le patient va boiter et compenser en s'appuyant sur l'autre jambe. Ceci va provoquer des déséquilibres. Le but de l'ostéopathe est de lever toutes ces dysfonctions avant qu'elles ne provoquent d'autres douleurs comme un lumbago ou un torticolis.

L'ostéopathe, en parallèle de la prise en charge du kinésithérapeute, va également travailler sur le genou et ses structures environnantes afin de lever tous les blocages, de restaurer la bonne fonction de tous les tissus.

Dans les cas de chirurgie, il est nécessaire d'attendre 3 mois avant d'effectuer une séance d'ostéopathie. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter votre ostéopathe.

La kinésithérapie

Le rôle principal de la kinésithérapie dans l'entorse du genou est de renforcer les muscles du genou pour améliorer la stabilité de ce dernier. En effet, hors chirurgie, on ne peut pas renforcer les ligaments, mais on peut facilement renforcer les muscles qui eux aussi ont un grand rôle dans la stabilité du genou.

En cas d'opération, le rôle de la kinésithérapie avant et après l'intervention est primordial.

La chirurgie ?

La chirurgie était pratiquée très fréquemment lors des dernières décennies mais elle n'est pas à prendre à la légère, aujourd'hui elle ne se pratique que dans certains cas.

Une chirurgie réparatrice des ligaments, également appelée ligamentoplastie, doit être très réfléchi et en concertation avec son chirurgien orthopédique. La chirurgie ne se pratique que dans certains cas :

  • Sportifs de haut niveau d'un sport nécessitant un maintien impeccable du genou (skieur, handballeur, etc)
  • Lors d'un échec de la rééducation fonctionnelle : si malgré des séances de kinésithérapie bien faites et suivies, la douleur et/ou l'instabilité persiste, l'opération du genou peut être envisagée.
  • Selon l'âge :
    • Personnes de moins de 50 ans pour le LCA,
    • Moins de 40 ans pour le LCP. 

En post-opératoire, voici les recommandations :

  • Appui immédiat !
  • Début de la rééducation immédiate (en chaîne fermée)
  • Natation et vélo entre le 2ème et 4ème mois
  • Reprise de la course à pied vers le 5ème mois
  • Reprise des sports de pivot à partir du 8ème mois.

Marie Messager
Ostéopathe du sport
à Versailles
78 - Yvelines


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion